mardi 30 avril 2013

Z comme Zola est sans Zêne avec les ZinZin #challengeAZ


Zola nous a offert tout au long de cet alphabet quelques uns des plus beaux accouchements de la littérature française.
A son époque il est parfois objet de moqueries. On lui reproche d'écrire ses articles avec un manuel d'obstétrique dans la main gauche tant les manoeuvres y sont précises ! Néanmoins, Zola mêle l'intime de ce qu'il connait à ce qu'il lit et nous touche.
Zola est un naturaliste, il hésite entre la science et la littérature. Mais ce n'est pas un scientifique, c'est un scientiste. Il invente des personnages pour appuyer ses théories, ce faisant en fabriquant les preuves de ce qu'il prétend démontrer... Rétrospectivement il  fait  froid dans l'dos. 
Zola s'inscrit dans une époque qui rêve les solutions. On découvre l'hérédité, elle explique tout, elle résout tout, on lui attribue tout. ADN mon amour avant l'heure. S'il est possible de prendre des leçons du passé, il y a celle-là.
Cet enthousiasme pour une science naissante  fait écho à ce que l'on essaie aujourd'hui de faire dire aux chromosomes avec parfois une incroyable naïveté, et au dépens de la liberté de chacun de maitriser à defaut de son destin, au moins sa vie au quotidien.
Zola nous conte l'héritage des tares, des fils d'alcooliques, il fait des alcooliques, il analyse les fragilités, il enferme dans l'héritage.
Voilà  l'arbre interactif de la folie des Rougon-Macquart !
Ce p'tit bout de challenge aura mis en vedette quelques beaux personnages de nos arbres. Nombre d'eux sont de petites gens, vivant dans le carcan de la misère, certains eurent la chance de briser la chaine et de renverser la table, changeant la donne, mélangeant dans un élan progressiste le gêne de l'apprentissage à la gêne de l'hérédité. En rien de temps, en une génération à peine, pour ne jamais plus revenir en arrière.
La généalogie est ludique, certains la voudraient politique, instrumentalisée et bien loin de l'humanisme de ses passionnés.
Bref la vie est une grande salade... de fruits !
Zola se trompe, mais on lui pardonne car il est un formidable conteur.
Voilà comment je le vois par le p'tit bout de ma lorgnette de lectrice friande d'histoires. Je vous laisse écouter d'autres doctes et passionnantes analyses.




2 commentaires:

  1. avec mes premiers salaires (de secrétaire à l'époque !) je m'étais offert une collection reliée cuir de Zola. Et je me souviens avoir passé des heures à étudier l'arbre généalogique qui y était joint, bien avant d'avoir réalisé le mien ;-) Bises Lulu et bravo pour ce quadruple challenge.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour tout et pour cet arbre interactif, c'est super !!! J'ai lu Zola jeune fille, entre 17 et/ou 18 ans et passait mon temps à en parler tellement ça me plaisait.
    bises

    RépondreSupprimer